vendredi 12 janvier 2018

L'oiseau blanc (Alex Cousseau et Charles Dutertre)

Editions Du Rouergue
Parution: 11 octobre 2017
56 pages
16 euros


4ème de couverture

Un aviateur et un Indien se croisent. Ils ont un océan à traverser. Une guerre à oublier. C'était il y a exactement un siècle pour l'aviateur. Il y a plus longtemps encore pour l'Indien. Leurs rêves à tous les deux sont faits pour être partagés.


Mon avis

Quand un Indien d'Amérique rencontre un aviateur pendant la première guerre mondiale, cela donne un album prenant et surprenant "L'oiseau blanc".

Deux êtres diamétralement opposés. L'un vit en Amérique, l'autre en Europe. Ils ne se connaissent pas ouvertement mais se sont rencontrés dans un rêve. Deux personnes liées, sans le savoir, par le destin. 
Tous les deux ont connu la guerre. Tourbillon, notre aviateur, a vécu la première guerre mondiale. Il a, à plusieurs reprises, frôlé la mort. Plus rien ne lui fait peur. Face à lui, "Oiseau blanc". Ce dernier a vécu l'arrivée des blancs et le non-respect de ces derniers pour sa terre. Chacun d'eux est resté marqué par son histoire et a un rêve à présent... Pour Oiseau blanc: découvrir l'horizon avec des yeux de faucon; pour Tourbillon: traverser l'Atlantique sans escale. 
Deux êtres qui partiront à la conquête de leur rêve peu importe les conséquences...

Cet album est inspiré d'une histoire vraie. En effet, l'oiseau blanc est un avion biplan qui a disparu en 1927. A bord, se trouvaient deux pilotes qui avaient pour but de traverser l'Atlantique sans escale. Personne ne sait ce qui s'est passé, ce qu'ils sont devenus. Cela reste un grand mystère pour l'aviation. 
Grâce à cet album, on peut toucher du bout des doigts cette histoire. Nous sommes rapidement plongés dans le contexte grâce aux nombreuses références historiques proposées par l'auteur.

Quant aux illustrations, on peut dire qu'elles sortent de l'ordinaire mais sont très sympathiques. 

Un album poétique que je ne peux que conseiller bien que j'émets un petit bémol tout de même... Ce livre est conseillé à partir de 7 ans. Personnellement, je le proposerais à des enfants un peu plus âgés. Pourquoi? Le texte est relativement dense et la fin pourrait en heurter plus d'un. 

A découvrir donc...


Ma note

15/20

samedi 6 janvier 2018

Journal d'un vampire en pyjama (Mathias Malzieu)

Editions Audiolib
4h57
17,10 euros


Présentation

"Me faire sauver la vie est l'aventure la plus extraordinaire que j'aie jamais vécue."

"Ce livre est le vaisseau spécial que j'ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-)fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d'amour aussi. Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n'ai rien eu à inventer. Si ce n'est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon coeur." (Mathias Malzieu)


Mon avis

Je ne connaissais pas du tout l'auteur mais par contre, j'en avais beaucoup entendu parler. Il était temps que je saute le pas et que je découvre sa plume. Mais pour une première, j'ai fait fort... J'ai non seulement découvert sa plume mais également entendu sa voix. Une expérience plus que sympathique surtout quand il s'agit d'un récit autobiographique.

Avant tout, je vous propose de cliquer sur ce lien et d'écouter la chanson du groupe "Dionysos"... Une chanson porteuse de sens pour ce livre.
 


En effet, à travers ce livre, l'auteur nous dévoile son combat contre la maladie. Alors qu'il mène une vie normale et active, du jour au lendemain, tout bascule. Se sentant un peu fatigué, surmenage ou pas, il décide de faire quelques analyses pour savoir palier rapidement à cela. Au moment des résultats, tout s'écroule... Son état est bien plus préoccupant qu'il ne le pensait. Il est atteint d'aplasie médullaire. Seul traitement possible: une greffe de moelle. 
Nous le suivrons, ici, quotidiennement dans ce difficile combat, semé d'embûches.  Entre ponctions barbares, chambres stériles, isolement, saignements, aucun détail ne sera épargné au lecteur.

Je ressors de cette lecture complètement abasourdie. Cette plume à la fois poétique et authentique touche en plein coeur. L'auteur manie la langue française parfaitement et joue avec elle en insérant, dans son livre, de nombreux jeux de mots, ce qui rajoute un peu de piments à tout cela. 

A travers ce livre, l'auteur nous raconte son histoire mais il en profitera également pour remercier  et saluer tout le personnel médical qui, quotidiennement, se bat pour le bien être de ses patients.

Je dis souvent à mes élèves, que la lecture permet de s'évader, d'oublier l'espace d'un instant le quotidien qui nous entoure. Dans ce cas-ci, l'écriture permet aussi de sauver et de conscientiser... sauver une vie, redonner espoir, courage mais aussi évoquer le don de moelle.

"Ma seule possibilité de résister, c'est d'écrire. L'urgence fait pousser des graines de livres en moi. Je les arrose toutes et m'applique à penser que je vais trouver mon haricot magique pour crever le plafond de l'hôpital."

Un livre authentique que je n'oublierai pas de si tôt. Un livre rempli de tendresse et de sensibilité. Un livre qui m'a touché et qui ne peut que toucher autant par le récit que la plume proposée. Une claque intersidérale que je ne peux que vous conseiller!  


Ma note



jeudi 4 janvier 2018

Bonne année 2018

,

Une tradition dit que nous avons jusqu'au 31 janvier pour se souhaiter la bonne année. Dans mon cas, c'est aujourd'hui que le blog reprend du service et que je vous souhaite donc une jolie année 2018.

Je vous souhaite de la joie, de la bonne humeur; de l'amitié à n'en plus finir, de l'amour bien sûr, de la chance mais surtout de la santé! 

"Saluons ensemble cette nouvelle année qui vieillit notre amitié sans vieillir nos cœurs" V. Hugo
Je vous souhaite également que cette nouvelle année réalise vos rêves les plus fous, les plus secrets. 
Une nouvelle année signifie de nouveaux projets, de nouvelles envies, de nouveaux changements, de nouveaux espoirs et l'envie d'essayer de nombreuses choses.  Alors osez, essayez et ne regrettez rien! 

"Puisse le ciel verser sur toute votre année, mille prospérités l'une à l'autre enchaînées." J. Racine


Il y a quelques jours, une nouvelle page blanche, de votre livre, s'est ouverte... celle de l'année 2018. Ce livre est entre vos mains, c'est vous qui le construisez, le remplissez, jours après jours. Je ne peux que vous souhaitez de le remplir de bonnes choses. Profitez de chaque instant, savourez chaque minute, chaque seconde.
Passez le plus de temps avec ceux que vous aimez. Ne vous occupez pas des langues de vipères, ne les laissez pas gâcher votre année.

A vous toutes les personnes spéciales qui m'entourent, je ne vous souhaite que le meilleur. Une pensée particulière, pour toutes ces petites étoiles qui ne sont plus là avec nous mais à qui on pense tous les jours.

Ne regardons plus derrière nous et avançons sans refaire les mêmes erreurs.  Que chaque décision soit réfléchie et non prise en toute hâte, dans l'émotion. 
Que la paix soit au centre de vos préoccupations, que la différence ne vous fasse pas peur. 
On ressort toujours plus grand de ses erreurs mais surtout, je vous souhaite de ne pas les refaire.

A très vite pour de nouvelles aventures.

Angeselphie

samedi 9 décembre 2017

Un blog au ralenti...


Vous l'avez remarqué, le blog tourne plus qu'au ralenti ces derniers temps! ET oui, un problème au dos me coince au lit! Par conséquent, je lis énormément... mais je ne chronique plus. La position assise devient de plus en plus compliquée et chroniquer couchée n'est pas évident. 108 livres sont lus et attendent d'être chroniqués. Je vous parlerai d'ailleurs de l'un d'entre eux aujourd'hui. Pour les autres, promis, je vais essayer de m'y remettre rapidement mais c'est indépendant de ma volonté...

A très vite pour de nouvelles aventures.

Angeselphie

jeudi 30 novembre 2017

I invade you (Sarah Turoche et Nils Barrellon)

 Editions Thierry Magnier
246 pages
25.50 euros
 

4ème de couverture

Paris, 3 heures du matin, les rues sont désertes. Une vieille R19 arrive. Orbi conduit. Invader, lui, se prépare. Leur duo est réglé et les invasions se multiplient. Plus de mille monstres pixelisés recouvrent les murs de la capitale. Orbi ralentit, Invader ajuste un masque en latex sur son visage puis bondi de la voiture. Son coeur bat fort mais, avec le temps, il a appris à ne plus confondre vitesse et précipitation. 
Dès le lendemain, les "chasseurs" de Spaces partiront à la recherche des mosaïques fraîchement posées. Esther, 16 ans, fait partie de ces fans. 
Elle a découvert ce jeu grandeur nature avec Grégoire qu'elle essaie maintenant d'oublier en arpentant la ville. 
Ce qu'elle ignore, c'est que le corps d'une jeune femme vient d'être retrouvé au pied d'une de ses mosaïques.
Quel danger plane sur les admirateurs de l'artiste?

Une plongée dans le Paris du street art, un roman policier qui nous invite à regarder la ville autrement.


Mon avis

Ne vous fiez pas à la couverture car vous risqueriez de passer à côté d'un livre qui en vaut vraiment la peine. En effet, en la regardant, je me suis dis "oh non, un livre sur les jeux vidéos ou un livre fantastique". Il faut savoir que je ne lis jamais les quatrièmes de couverture avant de commencer. Vaille que vaille, il faut que je me lance et oh, quelle surprise!

Il ne s'agit pas ici d'un auteur mais de deux. C'est bien un livre à 4 mains qui nous est proposé. Ce n'est jamais un exercice facile mais dans ce cas, c'est une totale réussite.
Les deux auteurs nous emmènent dans les rues parisiennes pour une chasse aux spaces invaders. Qu'est-ce donc? Des dessins pixelisés en mosaïque collés sur les murs. Vous connaissiez l'application "Pokémon"? Et bien nos auteurs nous proposent un autre jeu de ce style... Retrouver sur les murs parisiens des oeuvres tirées du Street art. Cela fonctionne avec une application sur le smartphone et à chaque dessin trouvé, le joueur gagne des points. Une chasse aux trésors dans toute la ville en somme.

Personnellement, je suis une grande fan de ce genre de principe. J'adore notamment le géocaching et j'avoue qu'ici, je n'avais qu'une seule envie, programmer un voyage à Paris pour découvrir le street art présenté à travers cette histoire. Les descriptions sont telles que le lecteur peut voyager par procuration et je suis certaine que nos amis parisiens reconnaîtront bien des lieux évoqués.



Il est quand même important de rappeler que ce thème n'est que peu évoqué en littérature jeunesse. Un plus donc pour ce roman qui ose et je dirais même qui ose beaucoup. En effet, outre ce thème, ce livre évoque également une enquête policière autour de différents meurtres. Je craignais qu'on ne tombe dans les clichés du genre avec des détails bien sanglants et morbides mais rien de cela. Le genre est respecté dans le moindre détail, la terminologie est exacte mais le tout est traité avec douceur et dextérité. Deux choses tellement importantes, pour nos jeunes lecteurs. Une bonne rentrée en matière la découverte du genre. D'ailleurs, pour les aider, on retrouvera, à la fin du livre, un lexique comprenant les différentes terminologies plus particulières et propres au genre.

Le lecteur est tenue en haleine du début à la fin du récit. Le rythme est rapide, l'histoire totalement crédible et la plume fluide. Impossible, pour le lecteur, de décrocher. De plus, les auteurs nous proposent une alternance de points de vues, ce qui accélère également le récit.

Quant aux personnages, là aussi, les auteurs ne tombent pas dans la facilité. Chaque personnage est travaillé correctement et en profondeur. De plus, les auteurs ont pensé à ne pas mettre le héros comme seul enquêteur dans cette histoire. Un cliché souvent vu en littérature jeunesse et évité ici.

Que dire de plus? Une histoire bien pensée, un sujet intéressant. Le tout avec une touche de romance. 

Que demander de plus? Une enquête peut-être un peu plus développée pour les fans du genre bien que...

Une totale réussite pour ma part que je ne peux que conseiller.


Ma note

16/20


samedi 11 novembre 2017

Chaman (Maxence Fermine)

Editions Michel Lafon
131 pages
16.95 euros
Parution: 12 octobre 2017


4ème de couverture

"Le jour où Richard Adam comprit qu'il n'avait qu'une vie, il n'avait jamais été si proche du ciel."

Charpentier sur les immenses tours d'acier de Duluth, dans le nord des Etats-Unis, Richard Adam n'a jamais oublié le sang indien qui coule dans ses veines. Mais le retour sur la terre natale de ses ancêtres pour enterrer sa mère va toutefois le plonger dans un monde dont il n'aurait jamais soupçonné l'existence.


Mon avis

Placez-vous dans un endroit calme et paisible! Fermez les yeux! Prenez le temps! Ouvrez les yeux! C'est dans une réserve indienne que vous vous retrouverez. Sentez-vous l'odeur du feu de bois? Du calumet? Entendez-vous les chants, les cris, le bruit du vent dans les arbres? 

A travers ce livre, Maxence Fermine nous emmène en Amérique du Nord, sur les territoires amérindiens, ou, tout du moins, ce qu'il en reste. C'est là que nous rencontrerons Richard lors de son voyage sur sa terre d'origine. N'imaginez pas que c'est un indien qui vit là, on est loin du compte. Il est charpentier, vit en ville et est complètement asocial. Que fait-il là alors? Il vient de perdre sa mère et a décidé de respecter ses dernières volontés. Il doit donc se rendre sur la terre de ses ancêtres afin d'y disperser ses cendres. Ce voyage initiatique va laisser en lui des traces profondes. Il y fera de nombreuses rencontres, plus belles les unes que les autres. Sa transformation est réelle et incroyable au fil des pages. 

"La route est longue qui mène aux origines de toute chose, et chaque être qui ose se retourner sur lui-même est en proie au poison de la nostalgie.C'est aussi le moyen de faire table rase du passé, et de prendre du recul.
Même un type aussi taiseux que lui n'échappait pas à la règle. Il revenait aux sources. Comme si, de nouveau, il se trouvait dans le ventre de sa mère."

L'auteur a une plume magique. En quelques lignes seulement, il a ce pouvoir de nous transporter littéralement dans un autre monde. Les descriptions sont telles, qu'en fermant les yeux, on se retrouve là où il a décidé de nous emmener. Il ne reste plus qu'ensuite à se laisser porter par l'histoire. Chose évidente car la plume de l'auteur est tellement poétique, légère, humaine et délicate que le lecteur n'a aucun problème à se plonger dedans. 

Ainsi, dans ce livre, le lecteur se sent au plus près de la nature au coeur d'une réserve indienne. Il en prend plein les yeux et plein les oreilles. Il a cette chance de découvrir un monde peu connu mais si riche et fascinant, un peuple au coeur noble. Plongé dans cet univers hors du temps, le lecteur découvrira ainsi des rites, des coutumes et des croyances qu'il connaît bien peu. A chaque début de chapitre, l'auteur nous propose une nouvelle citation indienne. Chacune d'entre elles nous fait partager la culture des différentes tribus.
L'auteur n'oublie pas également de nous donner quelques références historiques nous permettant ainsi de mieux comprendre les conflits opposants les indiens aux hommes blancs.

Le seul petit bémol de ce livre est qu'il est trop court, comme à chaque fois. Découvrir ce peuple, ces traditions m'ont fait vibrer. J'aurais voulu en connaître davantage. 

Ce retour aux sources, cette quête d'identité est remarquable. Le moins que l'on puisse dire c'est que ce roman est beau, troublant et merveilleusement bien écrit. Il traite d'un sujet sensible, celui d'un peuple opprimé. Le tout avec une certaine délicatesse et un calme intérieur. Un livre à lire sans hésitation.


Ma note

18/20


A écouter...




mercredi 18 octobre 2017

Inséparables (Sarah Crossan)

Editions Rageot
410 pages
16.70 euros


4ème de couverture

Grace et Tippi. Tippi et Grace.
Deux soeurs siamoises, deux ados inséparables, entrent au lycée pour la première fois...

Elle me dit: "On peut aller au lycée, 
et avoir un boulot, 
et conduire une voiture et nager et partir en rando.
Tu sais que je te suivrai
n'importe où, Gracie.
Tout ce que tu veux, 
dis-le-moi,
et on le fera.
On peut tout faire, 
OK?

Je lui réponds: "Ok".

"Mais ce qu'on ne pourra jamais faire, c'est tomber amoureuses. C'est clair?"


Mon avis

Ce livre aborde un thème très peu présent en littérature jeunesse: les enfants siamois. 

Pour en apprendre un peu plus, l'auteur nous propose de suivre Grace, l'une des des soeurs. Cette dernière est reliée par le buste et les hanches à Tippi. Elles sont liées par le sang mais ont deux caractères bien différents. On se doute que cette relation n'est pas facile tous les jours. Elles rêvent parfois d'intimité, de loisirs différents, d'un moment de solitude. Ce corps, elles ont dû l'apprivoiser au fil du temps. Par contre, elles sont d'accord sur un point...: il y a bien pire que leur situation... Elles préfèrent être reliées plutôt que d'avoir un cancer par exemple. Mais quand l'une a un souci cardiaque et entraîne l'autre dans sa chute, l'histoire se complique...

Le moins que l'on puisse dire, c'est que ces deux personnages sont touchants. L'une comme l'autre apportent quelque chose d'essentiel à l'autre. Ensemble, elles sont plus fortes. Que seraient-elles l'une sans l'autre? Au fil des années, des liens importants se sont créés. Ces deux adolescentes nous donnent une sacrée leçon de vie avec leur histoire.

Ce n'est pas que l'histoire de ces deux jeunes femmes qui est évoquée ici, c'est aussi l'histoire d'une famille: une famille en difficulté, qui fait tout pour le bien-être de ses enfants; une famille dans la détresse face aux décisions de leurs filles; une famille qui a dû mal à joindre les deux bouts car la vie s'acharne contre elle.

Ce livre, je l'ai dévoré. Il se lit vite car les paragraphes sont courts. Par contre, j'émets un bémol tout de même... La structure du livre gâche un peu le plaisir de la lecture... des vers libres qui n'ont pas forcément grand intérêt ici. J'aurais préféré plus de détails et pouvoir suivre ces deux protagonistes un peu plus longtemps.

Une histoire bouleversante que je ne peux que vous conseiller où se mêlent la différence, l'amour,  l'amitié et la famille.


Ma note

14/20


Un petit bonus